Fandom

Roadbook Wiki

Aigueblanche

253pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager

Aigueblanche

PLANModifier

Plan intéractif de l'itinéraire (cliquez sur les icons ou utilisez le zoom) :

Chargement de la carte...

Table des icons

    Logo route nostalgie plusL.jpg    Wiki Sara
    Magazine Route Nostalgie                        Historique de la RN90 sur WikiSara

HISTOIREModifier

Aigueblanche doit son nom aux ruisseaux chargés d’eau calcaire qui la traverse. Le bassin et la cité d’Aigueblanche sont peuplés depuis la préhistoire et notamment depuis l’époque romaine. L’ensoleillement des coteaux favorise les cultures et principalement celle de la vigne. Domaines agricoles ou « villa » fleurissent aux alentours, donnant leur nom aux hameaux actuels : Villoudry, Villarbérenger, etc …

Vers l’an 1000, un Manoir est érigé en maison forte et la cité est entourée de rempart par l’un des seigneurs Bourguignons. Le château reste propriété jusqu’à la renaissance de la puissante famille des Briançon-Montmayeur, dont un des descendant, Pierre d’Aigueblanche se rendit célèbre en entrant au service d’Henri III Plantagenêt qui le nomma évêque d’Hereford. Ensuite, le manoir, réaménagé passe aux mains des Carons de Saint-Thomas jusqu’à la révolution. Il est donné à la commune par son dernier propriétaire, le Dr Trésal. On peut encore apercevoir quelques ruines des remparts et le Manoir reste encore en très bon état. Un moulin à huile d’une conservation et d’une facture remarquable est en cours de restauration.

La cité étant située sur un emplacement stratégique important dans le passage des Alpes, romains ou princes de Savoie contribuent à aménager les voies de communications.

La voie romaine et les ponts régulièrement emportés par les crues de l’Isère ne suffisent plus à l’activité.

En effet, pour se rendre du Col du Petit St Bernard à Conflans, on empruntait de mauvais chemins, à dos de mules, en chaises à porteur pour les riches, à pied pour les autres. Dans le bassin d’Aigueblanche, le cheminement se faisait par la rive gauche de l’Isère ( ancienne voie romaine), par les gorges de Ponserrand, l'Etrat et Briançon. Mais les chemins étaient souvent coupés par les crues des torrents, ( en 1732, le Morel coupa tous les accès durant plusieurs mois ). En 1749, Charles Emmanuel III, roi de Piémont Sardaigne décide de doter son pays Alpin d’une infrastructure routière.

Le roi confia à l’ingénieur Castelli l’étude d’une route sur la rive droite de l’Isère. La route fût commencée en 1754. Elle traversait St Eusèbe de Cors (Petit-Cœur) , St Thomas de Cors (Grand-Cœur) après le passage de Briançon. Il fallait endiguer l’Isère et contourner Aigueblanche par la gauche et l’actuelle Grande Rue devint la première Déviation d’Aigueblanche. Les ingénieurs sardes tracent en rive droite la future nationale 90 entre Albertville et le Petit St Bernard. A Aigueblanche, en 1756, la montée des Essorieux et le passage du Siboulet sont franchis par une rampe artificielle. Le plus dur restait à venir : créer cette montée artificielle pour traverser les gorges. Elle finit par s’ébouler et Monsieur Beyrout, l’entrepreneur chargé des travaux se suicida. Puis il fallut entailler la roche du Siboulet pour arriver sur Moûtiers par l’actuel Faubourg de la Madeleine.

La passerelle en bois qui traverse l’Isère, plusieurs fois emportée, est remplacée en 1764 par un pont en pierre. La route est déclarée postée, ce qui donne un essor commercial à la petite bourgade qui ne comptait que 158 habitants en 1756. Elle vit le passage des diligences et malles poste jusqu’en 1893, lorsqu’ entra en service la gare du chemin de fer entre Albertville et Moûtiers. Ces travaux déplacèrent l’activité du vieux bourg sur la Grande Rue, avec l’arrivée des diligences, malle-postes et charrois de marchandises. Maisons et établissements se construirent de chaque côté, relais de Poste avec grange et écurie comme le relais du Soleil.

A la révolution est créée la voie de circulation actuelle sur la rive droite de l’Isère, route déclarée postée jusqu’à la construction de la voie ferrée en 1893. De nombreux commerces et services s’établirent ainsi et sous Napoléon III, lorsque la Savoie devint française, la route devient « Route Impériale 90 ».

IMG 3078.jpg

Plaque impériale
© Route Nostalgie

Une plaque bleue route impériale indiquant :

Moûtiers 2 Km Briançon 6 Km, ur la maison n°207 de la Grande Rue en garde le souvenir.

A SAVOIRModifier

En prévisions des jeux olympiques d'albertville , la route actuelle 2x2 voies définitive est aménagée avec le tunnel de Ponserand. en 1990

A VOIRModifier

Le moulin à Huile de noix entierement restauré est maintenant oppérationnel et visitable
Revue de presse12:11

Revue de presse

Revue de presse

Des pressées son organisées regulierement.

voir  le site de l'association patrimoine et culture d'Aigueblanche  pour les dates de visites

Moulin detailpressoir 003.jpg

MENUModifier

    Logo route nostalgie plusL.jpg    Wiki Sara
    Magazine Route Nostalgie                        Historique de la RN90 sur WikiSara

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard