Fandom

Roadbook Wiki

La Roche Bernard

253pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager


LA ROCHE BERNARD

PLANModifier

Plan intéractif de l'itinéraire (cliquez sur les icons ou utilisez le zoom +-) :
Chargement de la carte...
Table des icons
Magazine Route Nostalgie N165 sur Wikisara Retrocalage


    Magazine Route Nostalgie         Historique de la RN165 sur WikiSara

HISTOIREModifier

La Roche est millénaire Vers l'an mil, un seigneur fait bâtir un château sur un rocher dans la paroisse nouvelle de Nivillac. Le bourg de La Roche-Bernard se développe à partir du 11e siècle grâce à l'établissement de marchands sur le site et au trafic portuaire.

La Roche, Cité des Vikings ? Les historiens locaux ont spéculé longtemps sur l'origine du nom du seigneur qui aurait donné son nom à la roche : Bernard. Ils lui donnent une origine normande ou viking. S'il y a eu effectivement des Normands dans l'entourage des seigneurs rochois, il n'est toutefois pas possible aujourd'hui de connaître l'origine du premier d'entre eux. C'est au 13e siècle seulement que la lignée des seigneurs de la Roche s'attribuèrent comme fondateur Bernard. Le lieu devint dans les actes, à partir de 1231, «Rocha Bernardi », La Roche de Bernard.

Le bourg médiéval La Roche-Bernard au Moyen Age s'étendait le long des chemins de Nantes (rue de l'Hospital) et de Redon (rue Sainct James) qui se fondaient en la Grant Rue descendant au passage sur la Vilaine. Le bourg primitif ou baillage se situait dans le bas de la ville, dans les actuels «Vieux Quartiers ». Des halles furent édifiées sur l'actuelle place du bouffay.

La période protestante François de Coligny seigneur d'Andelot, baron de La Roche-Bernard, installa le culte protestant dans sa baronnie dans la seconde moitié du 16e siècle. Ce culte dura à La Roche-Bernard jusqu'en 1685 date des dernières abjurations.

Des traditions locales parlent encore des lieux de la mémoire protestante : les deux portes de la chapelle Notre-Dame : l'une utilisée par les catholiques, l'autre, aujourd'hui bouchée, empruntée à cette époque par les protestants, les greniers du Tour de l'Isle, lieux de culte clandestins qui communiquent entre eux…

Enfin une ville ! En 1666, la Roche-Bernard devient officiellement une ville. Cette période prospère voit la construction de grandes demeures : la «maison des basses-fosses » (Musée de la Vilaine), les maisons du bas de la rue de la Quenelle en sont des exemples. Le port commerce internationalement surtout avec l'Europe du nord (Suède, Norvège, Angleterre, Pays de Galles…) ainsi qu'avec l'Espagne. On y écoule la production locale (céréales, bois, sel et vin de la Presqu'île Guérandaise…).

La gloire du chantier naval rochois Au début du 17e siècle, un des premiers vaisseaux de la flotte royale, la Couronne, fut construit à La Roche-Bernard sur ordre de Richelieu. 60 mètres de long, 600 hommes d'équipage… Le navire impressionna beaucoup ses contemporains par son allure.

Révolution La Roche-Bernard pendant la période révolutionnaire fut souvent décrite comme un bastion républicain encerclé de Chouans. La réalité est plus contrastée. La vile garde son statut de centre administratif, instrument du pouvoir, mais ses habitants sont comme partout divisés. La Révolution crée de nouvelles entités territoriales et La Roche-Bernard passe ainsi du ressort de Nantes (Evêché de Nantes et sénéchaussée de Guérande) à celui de Vannes (département du Morbihan).

Marchés et foires La Roche-Bernard prospère au 19e siècle en partie grâce à son marché et ses foires établies dès le Moyen Age. Elle bénéficie de sa situation, aux confins de deux régions de productions agricoles différentes (élevage et sous-produits animaux, céréales…). C'est à cette époque qu'apparaissent les grandes places dans la ville, lieux de marchés (Place de l'église avec le déplacement du cimetière en 1830, place du Bouffay avec la démolition des halles en 1877…)

Le port y contribue, dans la seconde moitié du siècle, avec un échange régulier de bois et de charbon, notamment avec le Pays de Galles. L'arrivée du chemin de fer en 1912 fait cependant diminuer considérablement les activités portuaires.</p>

La «Poche » La Roche-Bernard est occupée par l'armée allemande de 1940 à 1945. D'août 1944 à mai 1945, elle fait partie de la «Poche de Saint-Nazaire » dont la limite au nord était la Vilaine. Elle est bombardée par les Américains en août 1944. Le pont, miné par les Allemands, saute, frappé par la foudre le 15 août 1944. La traversée de la Vilaine se fait de nouveau en bac, puis sur une passerelle. En 1960, un nouveau pont est inauguré. Aujourd'hui, le franchissement se fait aussi à un kilomètre en amont, sur le pont du Morbihan, édifié en 1996.

Redécouverte du patrimoine rochois La Roche-Bernard, édifiée dans un lieu superbe développe son activité touristique et soigne sa réputation gastronomique. Dès le début du 20e siècle, l'hôtellerie et la restauration rochoise commencent à établir une réputation et le plan d'eau, crée par l'édification du barrage d'Arzal en 1972 permet de donner une nouvelle vie à son port, désormais port de plaisance. La Roche-Bernard devient une «Petite cité de caractère » en 2001.

LES PONTSModifier

La N165 doit traverser la Vilaine. Avant 1839, la traversée s'effectuait par bac.


Le premier pont (1839-1911)

La technique du pont suspendu apparaît en France. Le département du Morbihan demande à en bénéficier pour le projet de pont à la Roche -Bernard. Le pont inauguré par le préfet le 28 décembre 1839, après 3 ans de travaux. Il est constitué de deux viaducs d’accès en maçonnerie, encore visibles aujourd’hui, et d’un tablier en bois.

S’il suscite l’admiration au départ, l’euphorie sera de courte durée. Les vents violents malmènent les câbles de suspension et occasionnent à plusieurs reprises des dégâts importants. En 1852, le tablier casse, puis il casse à nouveau en 1871.

En 1872, on construit une passerelle provisoire au-dessus du tablier endommagé. Cette passerelle, qui va durer 40 ans, d'une largeur de 3 m ne permettait pas à 2 véhicules de se croiser. Devant la multiplication des incidents, les communes et le Conseil Général réclament la construction d'un nouveau pont.

Cartes Postales du premier pont.

PontLRB1Amont.jpg

Le premier pont vu en amont, La Roche Bernard est à gauche.
© Amlgc17 et Phototypie Vasselier

PontLRB1 2.jpg

Les tours servent à la suspension des câbles.
© Amlgc17 et Phototypie Vasselier

PontLRB1Ville.jpg

L'entrée du pont du côté de La Roche Bernard.
© Amlgc17 et Phototypie Vasselier

PontLRB1 1.jpg

L'entrée du pont côté "Bretagne".
© Amlgc17 et Phototypie Vasselier

Le pont en arche (1911-1944)

En 1906, le projet de pont en arche est retenu. Le pont est inauguré le 3 septembre 1911 devant une foule évaluée à 10 000 personnes.

Il reprend les deux viaducs maçonnés de l'ancien pont.

Ce pont était d'un entretien coûteux en raison de l'oxydation des éléments métalliques provoquée par l'air salin. Pendant 30 ans, il écoula paisiblement le trafic routier et ferroviaire( ligne St Nazaire - Vannes avec embranchements vers Guérande à l'Est et vers Port Navallo à l'Ouest). Le 15 août 1944, à 15h, au cours d'un orage, miné par les allemands et frappé par la foudre, il se brise et s'effondre dans La Vilaine.

Longueur totale : 350 m. Longueur entre culées : 192 m. Largeur de la route : 7 m. Hauteur du tablier au dessus de l'eau : 39 m. Hauteur maximale au dessus de l'eau : 55 m. Charge maximale : 600 tonnes. coût : 1 500 000 Francs.


Cartes Postales du second pont.

PontLRB2Construction.jpg

Le second pont en cours de construction.
© Amlgc17 et Pério

PontLR2AvecTours.jpg

Le deuxième pont achevé, les tours sont encore debout !
© Amlgc17 et Artaud Nozais

PontLRB2Arche.jpg

N'a t-elle pas fière allure cette arche ? Les tours ont disparu.
© Amlgc17

PontLRB2Fer2.jpg

Voitures à chevaux, automobiles et voie ferrée ! La N165 avait bien du trafic !
© Amlgc17

PontLRB2Fer1.jpg

Autre vue du sens Vannes - Nantes. On distingue bien la voie ferrée à gauche de la Traction.
© Amlgc17 et Gaby

PontLRB2Detruit.jpg

Le pont en arche détruit par l'explosion. En arrière plan, le pont flottant provisoire installé en 1948.
© Amlgc17 et Gaby

La passerelle provisoire (1948-1960) Dans l’urgence, on rétablit le système de traversée par bac. En avril 1946, le Conseil Général du Morbihan, réclame la construction d'une passerelle flottante. La passerelle mise en place en 1948 provenait du matériel anglais ayant servi au débarquement à Arromanches.

En 1954, la huitième étape du Tour de France cycliste emprunte le pont flottant. C'est Louison Bobet qui gagnera cette édition.

Cartes Postales du pont provisoire.

PontProvisoire1.jpg

En ramenant les barges sur la rive, on rouvre la Vilaine au trafic fluvial. En arrière plan, il reste un morceau d'arche au pont détruit en 1944.
© amlgc17 et Vogue

PontProvisoire2.jpg

L'ensemble du pont provisoire.
© amlgc17

PontProvisoire3.jpg

Le pont provisoire en aval de l'ancien pont, maintenant débarrassé de la partie métallique ayant survécu à l'explosion de 1944.
© amlgc17 et Gaby

Le pont suspendu (1960 à nos jours) La construction d'un nouveau pont débute en 1957 sous la direction de l'ingénieur Gallard. En 1960 les tests de sécurité sont effectués (le pont supporte, entre autres, 952 tonnes sans anomalie) et l'inauguration a lieu le 11 juillet 1960. Les points d'ancrage sont particuliers car les câbles porteurs sont enroulés autour des masses rocheuses présentes de chaque côté de la Vilaine. Les piles mesurent 84 m de hauteur, le tablier domine la Vilaine de 55 m, la portée principale est de 245 m et la longueur totale de l'ouvrage atteint 407 m.

Cartes Postales du nouveau pont.

PontLRB3ponts1.jpg

Vers 1960, vu des quais de la Roche Bernard. Le pont flottant est encore présent. Les piles maçonnées du premier pont sont encore présentes de nos jours.
© Amlgc17

PontLRB3ponts2.jpg

Vers 1960, vue de la rive droite, côté Bretagne. Le pont flottant est encore en arrière plan. Juste devant, le viaduc maçonné du premier pont est toujours là aujourd'hui.
© Amlgc17

PontLRB4.jpg

Le nouveau pont en exploitation. Vue de la rive droite, côté Bretagne.
© Amlgc17

PHOTOS D'ANTANModifier

Cartes Postales de la route N165 .





A SAVOIRModifier

GASTRONOMIEModifier

BIBLIOGRAPHIEModifier

L'histoire des ponts

http://www.tourisme-pays-la-roche-bernard.fr/histoire-des-ponts-2-13.html

L'histoire de la ville

http://www.laroche-bernard.fr/index.php?idpage=3&PHPSESSID=fb5fc365d34ced183036d7d390006275






MENUModifier

Magazine Route Nostalgie N165 sur Wikisara Retrocalage
    Magazine Route Nostalgie         Historique de la RN165 sur WikiSara

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard