Fandom

Roadbook Wiki

N20

253pages sur
ce wiki
Ajouter une page
Commentaire0 Partager
N 20-01.png
ROADBOOK de la N20
Partie 1: Paris - Orléans


Cet partie de l'itinéraire empreinte l'ancienne N20 pour la partie qui va de Paris à Orléans.

Elle est doublée par l'autoroute A 20 sur une grande partie de son parcours, après Massy.

Un itinéraire plus ancien correspondant à la voie romaine relie Etampes à Orléans par Saclas, les deux sont décrits ici.

PLAN

Plan interactif de l'itinéraire (cliquez sur les icônes ou utilisez la touche + (agrandissement)) :

Chargement de la carte...

Table des icons

Magazine Route Nostalgie N20 sur Wikisara Autodream Club de MontlhéryRetrocalage


    Magazine Route Nostalgie         Historique de la RN20 sur WikiSara

PARTIES INTERESSANTES

La route nationale 20 dans sa première partie en Essonne, n'est pas des plus agréables, elle est bordée de maisons noircies dans les villes et de zones industrielles entre elles, pendant des années elle n'a plus été qu'un long couloir à camions. Et pourtant cette route royale à une histoire millénaire, voie romaine importante, chemin de Compostelle au moyen age, elle est bordée de nombreux châteaux et places fortes, elle prendra toute sa noblesse de la renaissance à la révolution en tant que route royale de Paris à Orléans où elle mène aux châteaux de la Loire et aux chasses de Sologne et plus loin route de l'Espagne. C'est aussi une voie commerciale importante, et aux portes de Paris, ses nombreux maraîchers avec des spécialités régionales, haricots d'Arpajon, tomates de Montlhéry, patates de Wissous,.. Toute cette histoire a laissé des traces importantes, qu'il est intéressant de retrouver, en suivant cette voie comme un guide. Vous retrouverez tous ces témoignages du passé dans ce Roadbook, en parcourant les villes et avec les infos accessibles depuis le MENU.

ITINERAIRE

Itinéraire actuel

Paris - N20 - Montrouge - N20 - Arcueil - N20 - Bourg la Reine - N20 - Sceaux - N20 - Antony - N20 - Longjumeau - N20 - La Ville du Bois - N20 - Montlhéry - N20 - Arpajon- N20 - Chamarande - N20 - Etréchy - N20 - Morigny-Champigny - N20 - Etampes - N20 - Saint Martin d'Etampes - N20 - Mondésir - N20 - Monnerville - N20 - Angerville - N20 - Toury - N20 - Artenay - N20 - Chevilly - N20 - Saran - N20 - Fleury-les-Aubrais - N20 - Orléans

Itinéraire jusqu'au haut moyen age entre Etampes et Orléans par la voie Romaine

Etampes - D49 - Saclas - D49 - Méréville (à proximité) - D49 - Autruy-sur-Juine - D97 - Acquebouille - D97 - Bazoches-les-Gallerandes - D97 - Boulay - D97 - Les Bordes Latrées - D97 - Saint-Lyé-la-Forêt - D97 - Fleury-les-Aubrais - D97 - Orléans

HISTOIRE

La route nationale 20, à sa création, va alors de Paris à Puigecerdà, en Espagne. Au début du XXIème siècle, elle est déclassée entre Paris et Pamiers (en Ariège). Il subsiste alors une voie rapide à aménager et une route de montagne. La route nationale 22, (qui est la route de Paris à Andorre s'embranchant à Puymorens (en 1978) à la N.20) va en Andorre et le Pas de la Case. Après Puymorens (et le tunnel homonyme), on arrive en pays Catalan (à ne pas confondre avec les Cathares) et à Bourg-Madame ou on peut aller à Perpignan ou en Espagne.

Au cours du temps la route a bougé, même si on en a plus la perception en voici quelques exemples : lors de fouilles de la voie romaine aux Champart (Massy), l'ancienne voie est apparue plusieurs centaines de mètres à côté de l'actuelle.

Au XVIIIeme siècle pour des raisons, d'esthétique, d'économie de travaux de pavage, d'entretien, de temps de trajet, et de normalisation de la largeur des voies, les chemins Royaux les plus important sont alignés pour en limité la sinuosité, on cherchait aussi à limiter les pentes raides, d’où l’évitement de la ville de Montlhéry.

On peut encore de nos jour retrouvé par le nom des routes leur ancien tracé. Au moyen age la voie traversait la ville de Montlhéry où se trouvait un péage avant de redescendre vers Linas, plus tard encore la voie royale de poste passait après Linas en direction de Leuville et Arpajon, elle passe plus à gauche, cette ancienne voie existe toujours sous le nom de Chemin Royale, et on peut imaginer ce qu'était une route de cette époque en y passant. Un peu avant, au niveau de la Ville du bois, en parallèle on trouve la voie des postes, il est fort probable que c'était aussi la voie précédemment utilisée par la route royale. Après Arpajon la voie serait passé à l'origine par Torfou et Chamarande, mais son tracé originel est plus difficile à deviner dans ce secteur.

Plus récemment on a le contournement de Linas, juste après la guerre. En fait la route originelle était bien moins droite que l'actuelle, certains de ces changements anciens étaient dû au fait que les routes n'étaient pas régulièrement entretenues, quand elle devenait impraticable, il était souvent plus simple d'en refaire une à côté. Vous retrouverez les détails dans les pages historiques de chacune de ces villes.

La N20 reprend jusqu'à Etampes l’ancienne voie romaine (VR 16) de Lutèce à Genabum (Orléans), à partir d’Etampes, elle s'en détache vers l’Ouest, tandis que la voie romaine elle correspond après Saclas aux actuelle RD49 (91) puis RD 97 (45) par Saclas, Méréville et Saint-Lyé. Entre Etampes et Saclas le tronçon Romain est toujours en place et visible.

Au XVIIe siècle, la route d'Orléans, principal accès aux châteaux de la Loire, est la plus fréquentée du royaume. "C'est la reine des voies… non seulement en France, mais dans tous les royaumes, il n'y a pas d'ouvrage égal", assure en 1648 l'historien François Lemaire. Elle sera, en raison de sa proximité avec la capitale, la première équipée d'un réseau de postes royales.

Les grands itinéraires commencent à être pavés au début de XVIe siècle, la route d’Orléans à Paris est pavée de Orléans à Artenay. Une ordonnance de Henri II, du 15 février 1556, ordonne la continuation de la chaussée en pavés depuis Artenay jusqu'à Toury. On établit un péage sous le titre de droit de barrage ; on oblige au paiement, même ceux qui, pour éviter le péage, prendraient le chemin des champs. Le Roi Henri II est le premier en janvier 1552, qui prescrit la plantation des routes. Ce n'est pas, comme on pourrait le croire, afin de leur procurer de l'ombrage ou pour leur servir de décoration, mais pour remédier à la pénurie des bois de charronnage. Le principe de l'époque imposait aux propriétaires et aux communes, des parcelles adjacentes de la route de procéder au plantage et se principe a subsisté jusqu’à la loi du 25 mai 1825 mettant les plantations à la charge de l’État.


La loi du 10 juillet 1964, portant réorganisation de la région parisienne, crée le nouveau département de l’Essonne. Une réforme rendue indispensable par l’explosion démographique de l’ancienne Seine-et-Oise.

NEWS de la N20

Blog de l'Arpajonnais

Chargement des données RSS...

Essonne News Tourisme

Chargement des données RSS...

Essonne News Randonnées

Chargement des données RSS...

AUTRES INFOS

Historique de la RN20 sur WikiSara

Historique de la Route Impériale n°23 sur WikiSara

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

MENU

Magazine Route Nostalgie N20 sur Wikisara Autodream Club de MontlhéryRetrocalage
    Magazine Route Nostalgie         Historique de la RN20 sur WikiSara

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau Fandom

Wiki au hasard